Questions Transcription Remarques

Remarques:

À l'occasion de la Journée de l'Education, et
pour compléter l'activité de compréhension
orale, voilà une compréhension écrite qui
retrace les débuts de l'éducation:

(Si vous voulez l'activité en pdf, écrivez-moi
à marisol.arbues@gmail.com)

L’ÉCOLE A-T-ELLE TOUJOURS EXISTÉ ?

Le mot « éducation » nous vient du grec ; il a
pour sens l’action de « tirer hors de » ;
c’est-à-dire, guider un individu vers son
déplacement. Maintenant, l’éducation signifie
l’apprentissage et le développement de
différentes facultés, aussi bien physiques,
psychiques qu’intellectuelles.

Chez les Gaulois, c’étaient les druides qui
enseignaient aux autres les histoires sacrées,
la façon de soigner les malades et de cultiver
les plantes. L’enseignement se faisait
uniquement par la parole, les élèves
apprenaient par cœur de longues histoires, des
chants et des poésies.

L’idée d’éducation s’est beaucoup développée au
cours de l’Antiquité, notamment en Occident, où
les Grecs sont les premiers à s’interroger sur
la question de l’éducation de l’enfant.
Tous les enfants athéniens vont à l’école dès
l’âge de 7 ans et y apprennent, comme les
écoliers d’aujourd’hui, à lire, à écrire et à
compter. Ils sont aussi sensibilisés à
l’histoire naturelle, à la philosophie et à
l’activité sportive, puis ils commencent, à
l’âge de 12 ans, l’apprentissage du latin et du
grec. Seuls les jeunes issus des familles les
plus riches poursuivent leur scolarité après
leur seizième année et suivent des leçons de
rhétorique les initiant à l’art oratoire. Dans
la cité de Sparte, l’apprentissage du sport et
des arts s’impose aux garçons comme aux filles,
car une bonne mère de famille doit être robuste
et instruite. Les enfants de la Chine ancienne
vont aussi à l’école, Confucius ayant lui-même
affirmé la nécessité de permettre l’éducation
du plus grand nombre afin de former au mieux
les serviteurs de l’État.






Les Romains apprennent d’abord à écrire sur des
planchettes, puis sur des tablettes de bois
recouvertes de cire. Un poinçon métallique
appelé « stilus »servait à tracer les lettres
et les chiffres dans la cire. À Rome, la classe
se déroulait en plein air, isolée de la rue par
un simple rideau.
Les garçons allaient à l’école appelée « ludus
» dès l’âge de 6 ans et la quittaient vers 11
ans. Les plus riches continuaient des études à
l’école secondaire nommée « Grammaticus ». Les
filles restaient chez elles et leurs mères leur
apprenaient à tisser et à filer ; elles
recevaient un enseignement rudimentaire suivi
des diverses tâches domestiques jusqu’à l’âge
de se marier.
Les enfants apprenaient l’arithmétique et à
lire et à écrire le latin et le grec, les deux
langues principales de l’empire ; puis, ils
apprenaient les œuvres des écrivains et poètes
célèbres par cœur, comme Homère et Virgile.
En Grèce comme dans la Rome antique, l’usage de
la violence était très commun à l’école : toute
erreur était sanctionnée d’une punition, avec
un bâton ou un fouet.
Les Anciens ont beaucoup réfléchi sur les
méthodes, les contenus, la finalité
intellectuelle et sociale de l’enseignement.
Nous devons aux Grecs et aux Romains, entre
autres, l’explication de texte, nombre de
théorèmes de mathématiques, les exposés oraux,
la culture générales, les leçons de musique et
l’éducation physique et sportive (mens sana in
corpore sano).
(« Une petite histoire de l’éducation » :
https://education.francetv.fr/)


Exercices de compréhension
1. Remplis la grille suivante qui concerne
l’école dans la Grèce ancienne.

Âge
Apprentissages
École pour tous ?

2. Quelles sont les différences de l’école
des Romains par rapport à l’école des Grecs ?


3. Vrai ou Faux :

a) Les Chinois n’allaient pas à l’école
b) Le stilus servait à écrire
c) Le Grammaticus était l’enseignement de
la grammaire
d) La violence à l’école était présente
aussi bien chez les Grecs que chez les Latins

4. Quels théorèmes mathématiques ont été
découverts par des Anciens qui sont toujours
d’actualité ?

5. Que veut dire l’expression mens sana in
corpore sano ?